unnamedDroite

Je me suis demandée comment promouvoir mon livre si vous ne disposiez pas de quelques lignes vous donnant envie de le lire ?

Dans certaines bibliothèques, vous pourrez trouver le roman, mais je n'ai pas la moindre idée de où il pourrait être référencé. Pour le coup c'est un peu compliqué !

Je vous propose de découvrir un petit extrait, du premier chapitre. Quelques lignes pouvant peut-être vous donner envie d'en découvrir plus...

 

Je rappelle toutefois que ces extraits sont issues du roman dont vous pourrez trouver la description sur le lien ci-dessous.

La cité des ombres - Le second millénaire

Projet Le roman La cité des ombres - le second millénaire n'est en réalité que le premier livre d'une série de cinq tomes. L'espoir de toute une vie, le projet de ma vie. Veuillez vous connecter pour pouvoir commander un ou plusieurs exemplaires de cette oeuvre publiée.

http://www.salondumanuscrit.fr

 

 

Extrait n°1 :

Alors que le soleil termine son cycle éternellement insatisfait, la prairie qui surplombe la montagne est envahie par de légers rayons orangés, étincelants à travers tout le royaume. Les enfants rentrent dans les maisons, alertés par le cri de leur mère soigneusement coiffée pour la soirée organisée ce soir, en l’honneur du cinquième millénaires d’existence du royaume. Des gens se bousculent pour pouvoir être certain d’avoir les premières places, d’autres préfèrent patienter et faire en sorte d’être le plus remarquable possible. Mais au fond, lequel d’entre eux attirera-t-il l’attention ? Aucun. Tout ce que je sais, c’est que chaque couché de soleil me rapproche un peu plus de ce que mon père appel, « l’avènement ». Il s’agit du jour où je me marierai et où je prendrai la place de souverain de mon père, aux côtés de mon mari et où je scellerai mon âme pour l’éternité, c’est-à-dire que je ne grandirai plus jamais. Évidemment prédestinée à cette vie, je n’avais jamais pensé à m’y opposer. Je dois avouer qu’une éternité avec mon cher frère ne me gêne pas particulièrement, mais le post à fonction me terrifie. Je suis une princesse, je suis la princesse du royaume des Anges Blancs, mais j’ai surtout tendance à être l’éclipse, qui, à chaque fois disparaît et réapparaît comme bon lui chante.

 

Extrait n°2 :

Je prends les gangs de soie posés sur le bureau et je les enfile à toute vitesse. Je n’oublie pas les chaussures qui iront de toute manière dans un placard après le banquet. Je regarde une dernière fois mon balcon, mon repère où je peux tout observer, tout savoir et tout sentir. Puis, je passe la porte de ma chambre et je pénètre dans ce monde de lumière et d’hypocrisie. De la servante qui nettoie le couloir des chambres au portier qui ouvre la grande porte du hall, tous me sourient de cette manière totalement insupportable. Je débarque au milieu d’une foule, le cœur lourd, les dents serrées. Je prends une profonde inspiration et je me lance à contre cœur dans la fosse au lion. Tour à tour, les amis de ma famille me saluent, m’annoncent leur plan pour leur mariage, leur futur dont je n’ai que faire. Il est difficile de faire semblant, mais je sais pertinemment que mon père m’observe quelque part et qu’il attend de moi que je me distingue des autres et que je sois la plus courtoise possible. Je sais que je devrais encore répondre de mes actes si je gâche l’affiche parfaite de notre famille, si je bafoue notre histoire et notre puissante lignée. Pourtant, lorsque je sens que j’étouffe, lorsque j’ai l’impression que tous me regardent, je fuis, je craque.

 

Extrait n° 3

 

J’attends des heures, je ne bouge pas. Je me retrouve seule, dans le froid. La nuit est tombée et je me fais à la raison que Miro ne reviendra pas. Je descends jusqu’à la volière du palais mais Miro n’est pas rentré. Peut-être en a-t-il eu assez de vivre enfermé, lui aussi. Je ne l’ai jamais voulu, mais mon père a insisté pour le faire enfermer sous prétexte que je partageais trop de vols avec lui. Je retourne à ma chambre et j’attends, assise sur le balcon. Miro n’est pas réapparu, mais j’espère pouvoir le retrouver demain. Je me couche dans mon lit avec l’appréhension du lendemain mais je ne peux pas l’éviter, je ne peux plus faire comme si je n’étais qu’un villageois ordinaire.
Après tout, je suis Amane, la princesse des Anges Blancs, l’enfant divin.

 

 

 

 

S'approprier ou copier ces extraits à des fins commerciales vous exposent à des poursuites judiciaires, tout comme l'utilisation de la couverture.